Si libre, dans ce ciel si beau…

16 octobre 2020 in Poésie

C’était un acte de foi, un acte symbolique. Une manière de dire à la vie : « Je suis prête ».

C’était au mois de juillet, un jour où le soleil brillait fort dans le ciel. La veille, j’avais rejoint la merveilleuse Sylvana Mele, en vue d’une séance de photo-thérapie et d’un tournage vidéo au cœur de l’Ardèche. Je venais tout juste de terminer une semaine de stage sur les mémoires transgénérationnelles, qui avait été incroyablement dense, remuante, libératrice. Les choses s’étaient organisées quasiment d’elles-mêmes et s’enchaînaient tout naturellement. Tout arrivait, juste, au bon moment.

Nous étions dans la voiture en direction du lieu de tournage de l’après-midi, scrutant le paysage à la recherche de l’endroit parfait : un champ à la vue dégagée, offrant un beau panorama, et où je puisse danser. La séance photo du matin avait déjà été en elle-même un moment enchanté, hors du temps, magique. Je contemplais les horizons, émerveillée par la nature ardéchoise. Je remerciais la vie pour ce qu’elle m’offrais à vivre, là, dans l’instant. J’étais en compagnie d’une femme si talentueuse, passionnée, bienveillante, et je m’apprêtais à tourner une vidéo de danse intuitive, chose que je n’avais encore jamais fait de ma vie. J’avais le trac. Et si le résultat n’étais pas à la hauteur de mes espérances ? Et si je « n’arrivais » pas à danser comme j’en avais envie, intimidée par l’œil de la caméra qui me fixerait ? Et si …

Sylvana m’a demandé, « pourquoi ce poème, Elévation de Baudelaire ? » J’ai eu du mal à formuler une réponse précise, tant les raisons étaient multiples, et pour certaines inconscientes. Ce désir de prendre mon envol, enfin. De me faire confiance. De lâcher tout ce qui longtemps m’a pesé, freiné. Ce désir de laisser la voie libre à mon cœur, à mes rêves, pour me réaliser, pleinement, dans ma singularité, dans mon authenticité. Ce désir de légèreté, de poésie, de beauté, de magie. Ce désir d’instiller tout cela dans ma vie. C’était un acte de foi, un acte symbolique. Une manière de dire à la vie : « Je suis prête ».

***

Je foule de mes pieds nus les herbes hautes et les brindilles qui me piquent. Je me sens peu à l’aise, chancelante sur ce sol irrégulier, ma danse se fait timide, fragile, mes mouvements incertains. Le regard de Sylvana me rassure, me sécurise, m’encourage. Elle révèle par son talent une beauté que je peine encore à percevoir. Je suis si critique envers moi-même quand je vois les premières images… Pourtant, j’ai confiance en Sylvana et nous continuons. J’ai envie de danser, de prendre de l’aisance, de me déployer. Nous faisons plusieurs prises, essayons plusieurs angles, et petit à petit, je lâche mes résistances. A travers ma danse, j’accepte de me livrer, dans ma vulnérabilité. Je sais que les mots de Baudelaire viendront sublimer l’instant.

Plus je danse, et plus quelque chose en moi se défait. Un nœud, un poids, des attentes, des blocages, je laisse tout cela se dénouer à travers mes gestes, et s’envoler, bien loin, très loin.

Plus je danse, et plus je me sens libre de danser… libre de vivre ce que je veux, libre d’être qui je suis… je souris face à ce ciel, si beau, qui se teinte doucement de ses couleurs du soir.

Je souris à Sylvana, je souris à la vie.

Et je garde ce sourire dans mon cœur.

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×